Monday, February 25, 2013

Les restrictions alimentaires pendant la grossesse

Il y a un point que je veux aborder d’amblée, parce que c’est une sujet parfois controversé : le fait qu’il y a bien plus de restrictions aujourd’hui qu’il y a 30 and ou 60 ans. Certains pensent que les médecins de nos jours imposent trop de restrictions. J’en connais de la génération avant moi (et de celle d’avant ça) qui disent que pendant leur grossesse, elles ont mangé bien des choses que moi je refuse, et que leur bébé ne s’en est pas plus mal porté. Soit. Mais ce n’est pas comme ça que je vois la chose. Pour moi, les « nouvelles » restrictions étaient inconnues auparavant, mais grâce aux progrès de la médecine et aux changements des habitudes alimentaires, on les connaît maintenant. C’est comme fumer : il y a 50 ans, les femmes continuaient à fumer pendant leur grossesse, parce que la médecine n’avait pas assez de données pour nous informer du problème. Mais là, on sait que c’est nocif pour le fœtus, et on sait pourquoi, alors on recommande aux femmes enceintes de ne pas fumer. Il y a 50 ans, c’était aussi acceptable de mettre le bébé dans un panier sur le siège avant de la berline familiale, mais faire ça aujourd’hui, on vous enlèverait votre enfant jusqu’à ce qu’une travailleuse sociale puisse déterminer que vous êtes capable d’être parent! Alors même chose pour les restrictions qu’on ignorait auparavant. Et comme j’ai dit, il y a aussi des restrictions qui sont fréquentes aujourd’hui mais qui n’existaient pas avant parce que l’aliment sur lequel elles portent n’était alors pas aussi présent. Par exemple, en 1980, une femme enceinte en Amérique du Nord ne se serait pas fait dire de ne pas manger de sushis, probablement pour la simple et bonne raison que ceux-ci étaient loin d’être monnaie courante à l’époque.

Il y a donc certains aliments qu’il faut éviter carrément, et d’autres qu’il faut consommer avec modération. Je vous donne ici une liste que j’ai préparée à la suite de mes propres recherches, mais je ne suis pas médecin! Dans le doute, vérifiez avec votre obstétricien pour voir ce qu’il recommande. Je suis du genre à préférer prendre trop de précautions plutôt que pas assez, mais c’est un choix personnel. J’espère avoir recensé tous les aliments dont je me soucie sur la liste, mais j’ai pu en oublier, alors ne voyez pas cela comme une liste exhaustive (même si elle est longue).

À éviter
- Les produits animaux crus; notamment :
·         les œufs crus, sauf s’ils sont pasteurisés (cela comprend les crèmes glacées artisanales à base d’œufs, certains desserts comme la mousse au chocolat ou les gâteaux moelleux, les œufs pochés, la mayonnaise maison, la crème pâtissière, la pâte à biscuits crue, le spaghetti carbonara, etc.);
·         le lait cru et ses produits dérivés (comme certains fromages);
·         les charcuteries, la viande fumée, la viande encore un peu saignante (comme un steak, un hamburger juteux ou un magret de canard), certains pâtés ou saucisses;
·         le saumon fumé, les sushis;
·         les crustacés (sauf si vous les faites cuire vous-même);
·         le miel non pasteurisé.
- Les légumes crus s’ils ne sont pas bien lavés (surtout s’ils viennent du jardin ou d’un marché fermier), vu le risque de toxoplasmose.
- Les pousses, comme la luzerne, à cause de contamination bactérienne potentielle.
- Les jus de fruits non pasteurisés (sauf si vous les faites vous-mêmes et les consommez immédiatement).
À noter qu’il s’agit pour tout cela de risque de contamination par les bactéries comme la listeria, la e. coli et la salmonelle, donc si vous décidez par exemple de commander des sushis végétariens, vous devez vous assurer qu’ils ne sont pas préparés sur la même surface que les sushis crus, pas coupés avec le même couteau, pas manipulés par la même personne.

À consommer avec modération
- La caféine. Normalement, une femme enceinte a droit à 180 mg. de caféine par jour, ce qui équivaut à une petite tasse de café. On peut bien sûr prendre du café décaféiné, ou préférer utiliser notre quota de caféine pour les boissons gazeuses, le thé, le chocolat noir, un dessert au mocha, etc.
- Certains allergènes, comme les noix. Selon les études que j’ai lues, consommer trop de noix ou trop peu de noix pendant la grossesse font augmenter le risque d’allergie aux noix chez l’enfant, mais il y a une zone confort de consommation optimale qui ne modifie pas les risques (risques qui demeurent présents de façon minimale de toute façon). J’ai donc décidé de ne pas modifier ma consommation de noix; j’en mange, mais pas super souvent, peut-être quelques fois par mois.

À éviter ou à consommer avec modération, selon vos sources
- L’alcool. Toutes mes sources disent de l’éviter au premier trimestre. Bien que de nombreux médecins disent qu’on peut ensuite consommer jusqu’à un verre de vin par semaine, d’autres études (comme celle-ci) concluent que l’alcool n’est jamais sécuritaire pendant la grossesse. Et je vous interromps tout de suite : l’alcool ne s’évapore pas pendant la cuisson! Ça a été prouvé par America’s Test Kitchen (voir ici si vous êtes abonné). En gros, pour les braisés et tout ce qui cuit avec un couvercle, le pourcentage d’éthanol ne change pas, même après des heures de cuisson. Pour les flambés et ce qui est cuit à découvert, on finit avec près de 5 % d’éthanol. C’est donc à vous de décider quel pourcentage vous acceptez, que ce soit dans un verre ou dans une assiette. Pour vous aider : vin à cuisson non alcoolisé et substitutions (tableau et article). (Si vous voulez des boissons originales, je recommande le jus de pomme pétillant Martinelli’s, que j’ai beaucoup aimé et qui peut passer pour du champagne, tout comme les jus de raisin pétillants Welch’s. Évitez certaines boissons gazeuses naturelles de la marque Fentiman’s, comme leur bière de gingembre, qui contient un peu d’alcool par fermentation naturelle. Pour une boisson au gingembre naturelle, je recommande fortement celles de la marque Oogavé, qui m’ont bien servie pendant quelques mois! J’ai bien aimé aussi la limonade San Pellegrino.)
- Le soya. Certaines études démontrent qu’il existe un lien entre la consommation de soya pendant la grossesse et l’inhibition des caractères sexuels secondaires mâles (si le fœtus est de sexe masculin), et ce, au-delà de l’adolescence! C’est parce que certaines molécules du soya ressemblent à certaines molécules des hormones féminines (les phyto-œstrogènes, c’est celles-là). Il y a donc des scientifiques qui disent qu’il faudrait entièrement arrêter de consommer du soya pendant la grossesse jusqu’à ce qu’on en sache plus, et d’autres qui disent qu’une consommation modérée est acceptable, mais qu’il ne faut pas trop en faire. Il y a bien sûr également des études qui concluent que le soya n’a pas d’effets secondaires négatifs, est super santé, et qu’une femme enceinte devrait en manger tous les jours, mais ces études sont si souvent financées par Monsanto que je n’y crois pas un mot! J’ai donc réduit ma consommation de soya, sans l’éliminer complètement. C’est dommage, parce que je venais de commencer à cuisiner avec du tofu et de l’edamame, et j’avais envie de bonnes soupes au miso, de sauce soya  ou de produits Tofutti…
- Certaines herbes et épices, comme la sauge (augmente le risque de fausse couche pendant la grossesse et réduit la production de lait par la suite), le pourpier et le framboisier (causent des contractions de l’utérus) ou le genièvre (risque de fausse couche et réduction de fertilité). Notez qu’il y a des dizaines d’herbes qui ne sont pas recommandées pendant la grossesse, alors je vous encourage à faire vos propres recherches et à en parler avec votre médecin. J’ai donc dû renoncer à essayer mes recettes de gnocchis citrouille et sauge l’automne dernier, de même qu’à certaines farces. Et puisque je ne me vois pas faire des gnocchis maison avec un bébé de quelques mois sur les bras, va falloir que ça attende à l’automne 2014! À noter que ces herbes peuvent être présentes dans les plats cuisinés, mais aussi dans les salades et dans la tisane, alors méfiez-vous!
- Le poisson : certains poissons (cuits!) peuvent être consommés avec modération, d’autres devraient être évités carrément. Les poissons qui contiennent habituellement un faible taux de mercure, comme le saumon ou le tilapia, ou encore le thon pâle en conserve, peuvent être consommés (environ 5 ou 6 oz. par semaine), mais d’autres poissons, comme l’espadon ou les steaks de thon, devraient être évités.
- Les édulcorants artificiels : ça dépend de votre médecin ou de l’organisme auquel vous faites confiance. Certains disent de les éviter carrément, même si on n’est pas enceinte, d’autres disent qu’ils sont toujours sécuritaires. En général, par contre, on recommande d’éviter la saccharine et de consommer les autres édulcorants artificiels (sucralose, aspartame, etc.) avec modération. Mais je les évite de toute façon, enceinte ou pas.

Ça dépend toujours de vos sources, en fait, et d’à quel point vous leur faites confiance. Par exemple, le livre What To Expect When You’re Expecting, qui est LA référence des anglophones d’Amérique du Nord, recommande le tofu, le lait de soya, l’edamame, alouette, alors que moi je fais de gros efforts pour réduire ma consommation de soya pendant ma grossesse. Mais ce livre, bien que très utile, n’est pas nécessairement reconnu pour l’exactitude de ses informations (il y est notamment écrit que plus une femme enceinte a des brûlements d’estomac, plus le bébé sera chevelu, alors que d’autres sources fiables affirment qu’il s’agit d’une histoire à dormir debout). Et encore, c’est sans parler des médicaments, des huiles essentielles, des cosmétiques et de tout le tralala!

En fait, c’est un peu comme la roulette russe. Ce n’est pas que manger des sushis entraîne automatiquement des effets négatifs sur le fœtus, mais le risque est relativement élevé. Par contre, pendant une grossesse, c’est sûr et certain qu’à moment donné, on mange quelque chose qu’il ne fallait pas, soit parce qu’on ignorait tous les ingrédients du plat ou parce qu’on avait simplement oublié. Habituellement, tout va bien quand même, alors on se rappelle de faire mieux la prochaine fois, c’est tout!

Pis bon, pour en revenir aux comparaisons avec les fumeurs, je vois ça comme suit. On sait que fumer augmente les risques de cancer des poumons, et c’est écrit comme avertissement sur tous les paquets. Est-ce que ça veut dire que tous les fumeurs vont développer un cancer des poumons? Bien sûr que non. Est-ce que ça veut dire que les non-fumeurs, ceux qui évitent même les fumées secondaire et tertiaire, n’auront jamais de cancer des poumons? Non plus, malheureusement. Mais ces derniers mettent les chances de leur côté, tandis que les fumeurs prennent un risque calculé. Moi, j’ai choisi de mettre les chances de mon côté, tout simplement.

No comments: