Monday, September 20, 2010

Sacoche Mary Poppins

Dimanche soir, j’ai lu le plus récent billet de Gaga mais avertie, qui parlait de sacoche. Lucie fait référence au défi lancé par Mamanbooh!. Il s’agit de prendre une photo de notre sacoche, puis d’en décrire le contenu en nommant les cinq objets les plus indispensables (elle nomme les siens ici).




Petite introduction dans mon cas : depuis environ deux ans, j’ai une belle petite sacoche rouge que je nomme ma sacoche Mary Poppins (photo ci-haut). Elle est petite et passe-partout, mais loge étonnamment de choses. Pour vous donner un exemple, quand je la portais pour aller au Centre Bell ou à des endroits semblables, jamais on ne vérifiait si elle contenait de bouteille d’eau – et pourtant, la mienne y loge, debout. J’y mettais tous les objets que j’énumère plus bas, et il me restait de la place pour un appareil photo numérique, un iPod, un cellulaire, un mini-parapluie et un gros ruban à mesurer de 30 pieds (ben quoi, on magasinait des meubles). J’avais acheté cette sacoche aux Ailes de la Mode, en solde à 14,99 $! (Je ne trouve malheureusement aucun nom de marque dessus ni dedans.)




Elle était vraiment parfaite, à un détail près : elle n’est pas en cuir, mais en mousse de polyuréthane, ce qui fait qu’elle se désintégrait littéralement depuis un certain temps. J’en cherchais donc une autre. J’en avais vue une superbe (de mémoire chez Browns sur Sainte-Catherine, mais je ne la retrouve pas sur le site web). Si je ne l’ai pas achetée sur le champ, c’est que l’Ingénieur et moi avons une règle : aucun achat supérieur à 100 $ sans l’accord préalable de l’autre. Bon, je suis sûre qu’il aurait compris si je le lui avais expliqué après coup, mais à ce moment-là, je me voyais mal demander à la caissière si je pouvais emprunter le téléphone pour appeler mon mari au travail et lui demander « la permission » d’acheter ladite sacoche (quand même!). J’ai donc quitté le Québec sans l’acheter, et honnêtement, je crois y avoir pensé presque chaque jour depuis. Je regrette sincèrement de ne pas l’avoir achetée! L’Ingénieur est maintenant au courant que je risque de faire cette dépense un jour ou l’autre.

J’ai une deuxième sacoche que j’utilise beaucoup (photo ci-dessous). Elle est plus grosse que la sacoche Mary Poppins et a de plus une longue ganse que je peux porter sur l’épaule en diagonale. Je l’utilise quand j’ai davantage de choses à porter, comme des documents 8"x10". Je l’utilisais aussi en hiver, car la ganse me permettait de la porter même avec un gros manteau style bonhomme Michelin, et de plus, sa grandeur me permettait d’y fourrer chapeau, gants et foulard quand j’entrais dans un cinéma ou un magasin. Cependant, je la trouve trop grande pour l’utiliser au quotidien, surtout dans un climat clément.



Samedi, la fermeture éclair de la sacoche Mary Poppins a enfin lâché (je dis enfin, car je le sentais venir). On est passés chez Stein Mart, où j’ai acheté la sacoche turquoise que vous voyez plus bas. Elle a le même profil que la sacoche Mary Poppins, mais avec deux poches supplémentaires (elle est donc plus grosse, ce qui est peu pratique car elle loge sous le bras). Et surprise : elle loge moins! J’en suis donc assez déçue. Et les ganses sont minces, ce qui fait qu’elles deviennent vite douloureuses. Aussi, même problème, elle est en matériel artificiel qui risque de ne pas durer plus de quelques années. J’ai donc l’impression que je n’ai que repoussé ma quête d’une sacoche à la fois belle, pratique et durable...





Voici donc les objets que j’avais ce matin dans ma sacoche :
- carte du Texas (je la mets dans le coffre à gants de l’auto aujourd’hui, promis);
- lunettes fumées (gros format, car elles doivent être portées par-dessus mes lunettes habituelles);
- bouteille d’eau;
- portefeuille (qui, je le fais remarquer, est tout à fait ordonné et n’est pas bourré de factures);
- permis de conduire temporaire du Texas (en attendant d’en avoir un sans faute d’orthographe dans mon prénom);
- stylo;
- bidule pour accrocher une sacoche à une table de resto au lieu de la poser par terre;
- sac en nylon pliable;
- mouchoirs en papier;
- petite bouteille de Purell;
- cartes d’affaires (qui sont là par réflexe et que je devrais retirer de la sacoche, puisque je ne peux travailler aux États-Unis avec mon statut H4);
- linge pour nettoyer mes lunettes;
- carnet avec numéros de téléphone utiles;
- petite pochette contenant pansements, soie dentaire, fond de teint, pastille, feuilles de Listerine;
- boîtier contenant des Lactaid;
- porte-clés avec une ampoule DEL étonnamment lumineuse (ça n’a l’air de rien comme ça, mais la fois où l’Ingénieur a laissé tomber sa bague d’ingénieur sur le sol d’un bar la nuit, c’est grâce à mon porte-clés qu’on l’a retrouvée; également pratique pour remplacer un briquet lors d’un concert);
- lime à ongles;
- élastique;
- baume à lèvres;
- bas de nylon (vous connaissez ma difficulté à trouver des chaussures; j’ai donc décidé d’être toujours prête à en essayer, d’un coup que je tomberais pas hasard sur la bonne paire);
- menthes Rio au thé vert;
- clés de l’appartement;
- clé de l’auto;
- quelques articles d’hygiène féminine (toujours cachés dans la pochette intérieure à fermeture éclair et pas montrés sur la photo);
- deux balles de laine (achetées samedi et trimballées dans ma sacoche depuis car je cherche des boutons qui s’agencent avec les couleurs; j’ignore encore les bons endroits où trouver des boutons à San Antonio, voilà pourquoi je trimballe ma laine).

Oui, ça paraît énorme, surtout que ce n’est pas une sacoche de maman, mais j’ai quand même arrêté depuis longtemps de trimballer un livre avec moi. Cela dit, la nouvelle sacoche turquoise est pleine – pas question d’y rajouter quoi que ce soit (appareil photo ou autre), et la bouteille d’eau est couchée dans une poche et fait donc des bruits d’eau à tout bout de champ.

Les cinq objets qui me sont le plus importants : mon portefeuille, ma bouteille d’eau, le baume à lèvres, les Lactaid et les mouchoirs. Puis les clés, quand même. Plus la lime à ongle, le linge à lunettes et les petites menthes (c’est tout petit, ça ne compte pas comme vrais objets, hein?). Je pourrais éventuellement me passer du carnet avec les numéros de téléphone si j’avais un cellulaire dédié où transférer toutes ces informations.

Un objet que j’aimerais trouver : une autre belle petite sacoche Mary Poppins. Si vous pouvez me diriger vers le bon endroit, je suis toute ouïe!

1 comment:

Mamanbooh said...

Ô! Merci d'avoir passée chez Lucie!

Ainsi, je peux maintenant te connaître et j'aime beaucoup ta façon d'écrire et tes sacs.

Au plaisir,
Julie;-)